Chargement dynamique des alias

Nous avons rappelé dans la note Localisation des objets Paradox dans les alias l'importance d'utiliser des alias et précisé quelques règles permettant de répartir les objets Paradox dans ceux-ci. Nous nous préoccupons ici de la gestion proprement dite de ceux-ci.

Définition des alias dans le fichier de configuration:

La première solution est de définir les alias dans le fichier (idapi.cfg) de configuration du BDE (alias public). Nous avons déjà évoqué le rôle de ce fichier dans la note technique relative au paramétrage de l'IDAPI. La solution consiste à utiliser le même fichier de configuration pour l'ensemble des postes devant accéder à l'environnement Paradox et à définir dans le fichier idapi.cfg (ou le nom que vous lui donnerez) les chemins associés aux alias. Un inconvénient, sensible si vous prévoyez de déployer votre application dans un environnement que vous ne connaissez pas, est la nécessité de définir des chemins absolus pour chaque alias.

Définition des alias dans une table:

La solution que nous développons ici repose sur une gestion totalement dynamique des alias par l'application elle-même. Pour cela, nous allons définir une table, que nous appelerons par exemple ALIAS.DB dans laquelle nous allons indiquer nos différents alias et leur localisation. Un script de démarrage de l'application (nous appelerons ce script DEBUT.SSL) aura pour fonction de charger en mémoire les alias. Un des avantages de cette solution est de pouvoir travailler avec des chemins relatifs (par rapport au répertoire où se trouve le script alias par exemple).

Nous évoquerons en fin de cette note quelques autres possibilités offertes par cette solution.

Structure de la table ALIAS.DB:

Id_Alias A10 ;Nom de l'alias
Chemin_Alias A64 ;Chemin relatif ou absolu de localisation de l'alias
Description_Alias F0 Texte documentaire
Alias_Local L Indicateur précisant que l'alias est local au poste de travail

Dans l'exemple que nous allons prendre, les chemins relatifs seront exprimés par rapport à la localisation du script DEBUT (la table ALIAS est située dans le même répertoire que le script DEBUT). Nous préférons en effet cette solution à l'utilisation de l'alias TRAVAIL en raison du changement de nom de ce dernier selon les versions de Paradox (TRAVAIL ou WORK pour Paradox 10, les paris sont ouverts!). De la même façon, nous allons créer un alias que nous appelerons -MAITRE et correspondant à cette localisation de départ. Nous utiliserons systématiquement l'alias -MAITRE en lieu et place de TRAVAIL ou WORK pour éviter toute mauvaise surprise.

 

Remarque: Nous aimons bien commencer nos noms d'alias par un "-" car les alias ainsi nommés ne peuvent pas être créés autrement que par programmation; cela garantie des noms d'alias qui ne peuvent entrer en conflit avec un nom d'alias public (défini dans le fichier idapi.cfg de configuration du BDE).

 

Notre script va tout d'abord créer l'alias -MAITRE.


; récupération du répertoire d'où est lancé le script
splitFullFileName(getFileName(), UniteST, CheminST, FichierST, ExtensionST)
PathMaitreST = UniteST + CheminST
CheminAliasST = getAliasPath(":-MAITRE:")+"\"
if CheminAliasST.isblank() then
   IF NOT addProjectAlias(":-MAITRE:", "STANDARD", PathMaitreST) THEN
msgStop("Démarrage - Erreur de répertoire",
 "L'alias :-MAITRE: n'a pu être créé sur le répertoire '"
      + PathMaitreST +"'.\nDémarrage impossible.")
Return
   ENDIF
else
  if not (CheminAliasST = PathMaitreST) then
     if not setAliasPath(":-MAITRE:",PathMaitreST) then
  msgStop("Démarrage - Erreur de répertoire",
  "L'alias :-MAITRE: est déjà affecté et ne peut être modifié '"
        + CheminAliasST +"'.\nDémarrage impossible.")
  Return
     endif
   endif
endif

Le script ouvre ensuite la table ALIAS.DB et parcourt cette table en créant pour chaque enregistrement l'alias correspondant. Vous constaterez qu'il constitue le nom physique complet du répertoire associé à l'alias. Dans le cas d'un alias local, les chemins sont relatifs au répertoire privé. Si le répertoire local n'existe pas le script se chargera de créer le répertoire.


IF NOT aliasTC.open(":-MAITRE:ALIAS.DB") THEN
   msgStop("Démarrage - Erreur de répertoire",
   "Le répertoire '" + PathMaitreST + "' ne contient pas la table ALIAS.DB"
   +"\nDémarrage impossible.")
   Return
ENDIF
scan AliasTC:
  pathAliasST = aliasTC.Chemin_Alias
  Switch
     Case pathAliasST.isBlank() :
         pathAliasST = PathMaitreST
     Case pathAliasST.match("@:..") :; Absolu avec lettre de lecteur
     Case pathAliasST.match("\..") :; Absolu UNC
     Otherwise :; Relatif
       if AliasTC.Alias_Local then; il s'agit d'un alias local
          pathAliasST = PrivDir()+"\"+AliasTC.Id_Alias
          il n'est pas utile ici d'indiquer un chemin
          IF NOT isDir(pathAliasST) then
             IF not FS.makedir(pathAliasST) then
                msgStop("Démarrageimpossible",ErrorMessage())
                return
             endif    
          endif
  else pathAliasST = PathMaitreST + pathAliasST
        endif
  EndSwitch
  IF NOT pathAliasST.match("..\") then
     pathAliasST = pathAliasST + "\"
  ENDIF
  --- on vérifie que le répertoire existe
  if not isDir(pathAliasST) then
      msginfo("Pb alias","L'alias " + aliasTC.Id_Alias + " ne peut pas être créé,"
      + " le chemin " + pathAliasST + " n'existe pas")
      return
  endif
;--- Retirer l'alias au cas où un alias public de même nom auraitété déclaré ce qui empêche la création de l'alias de projet
  OldPathST = upper(getAliasPath(aliasTC.Id_Alias))
  If OldPathST.isBlank() Then; Alias n'existe pas
     If Not addProjectAlias(aliasTC.ID_ALIAS, "Standard", pathAliasST) Then
        ErrorShow()
     EndIf
  else   Alias existe
     If OldPathST.subStr(OldPathST.size()) <> "\" Then
         OldPathST = OldPathST+ "\"
     EndIf
     NewPathST = upper(pathAliasST)
     If NewPathST.subStr(NewPathST.size()) <> "\" Then
        NewPathST = NewPathST + "\"
     EndIf
     If NewPathST <> OldPathST Then     il faut effacer l'ancien
        TRY
           RemoveAlias(aliasTC.ID_ALIAS)
        ONFAIL
           ErrorShow()
        ENDTRY
        TRY
           RemoveProjectAlias(aliasTC.ID_ALIAS)
        ONFAIL
           ErrorShow()
        ENDTRY
        If Not addProjectAlias(aliasTC.ID_ALIAS, "Standard", pathAliasST) Then
           ErrorShow()
        EndIf
      EndIf
  EndIf
endscan

AliasTC.Close()

Quelques extensions à la description des alias par table

1) Si vous localisez vous objets distribués dans des répertoires différents de ceux des sources, rien n'empêche de gérer dynamiquement ce paramètre dans le script. Par exemple, si l'extension du script est SSL, vous utilisez le répertoire indiqué dans la table, en revance si l'extension est SDL, vous pouvez utiliser un sous-répertoire fonction par exemple de la version de Paradox que vous utilisez (716 pour Paradox 7 16 bits, 732 pour Paradox 32 bits, 832 pour Paradox 8, 932 pour Paradox 9) ;

2) Si vous utilisez des bases de données autres que Paradox ou Dbase, vous pouvez ajouter une zone Pilote qui précisera le type la base de données, les paramètres de connexion de chaque alias étant précisés dans une seconde table ;

3) Si vous souhaitez diminuer la charge de votre réseau, vous pouvez dupliquer localement les répertoires non modifiables en exploitation (les programmes en particulier). Vous ajouterez dans ce cas un indicateur pour repérer ce type d'alias et un champ DateTime permettant de dater le répertoire du serveur. Au chargement, si le répertoire local n'existe pas où si la date du répertoire local (date qui sera mémorisée dans une table ou un fichier local au poste) est antérieure à la date du serveur, le contenu du répertoire du serveur sera recopié localement ;

4) Si des alias de sont utilisés qu'en développement, vous pouvez éviter de charger ceux-ci en ajoutant un indicateur ;

5) Vous pouvez vérifier que l'alias pointe vers le bon répertoire en contrôlant la présence d'un fichier témoin dans celui-ci ;

6) Vous pouvez gérer les alias de toutes vos applications dans une même table et filtrer selon l'application que vous lancez ;

 

et bien d'autres possibilités en fonction de votre environnement de travail, de votre application et de votre imagination ...

 

Si cette solution peut paraître un peu longue la première fois, vous profiterez dès votre seconde application de la souplesse qu'elle procure, alors n'hésitez pas, gérer vos alias en table...